Retour accueil

200 citoyens au Plateau des Glières contre la réforme des retraites

le 16 février

vendredi 21 février 2020

Retour en images sur la journée du 16 février.

" A la veille de l’arrivée du texte de loi sur la réforme des retraites à l’Assemblée nationale lundi 17/02, et après deux mois et demi de manifestations contre cette réforme, la RETRAITE à POINTS et le projet de loi, ont été jugés ce jour (16/02/2020) devant le Grand Tribunal Symbolique Populaire suite à une plainte déposée par le peuple de France.
Près de deux-cents citoyens, étaient venus assister à cette audience qui s’est tenue sur le plateau historique des Glières. Nous avons pu constater la présence de personnalités d’Albertville, d’Oyonnax, de Lyon, d’Annecy, d’Annemasse, de Thonon, de St Julien-en-Genevois (etc...)
Le Choix du plateau des Glières pour cette assemblée n’était pas anodin. Le Tribunal Symbolique Populaire avait voulu, par ce symbole, rappeler que l’accusée Retraite à Points et sa réforme, mettaient en péril l’héritage du Conseil National de la Résistance.

À l’issue de ce procès équitable, l’accusée a été reconnue coupable des cinq chefs d’accusation pour laquelle elle comparaissait :

- coupable d’appauvrissement des séniors par une baisse prévue de leur pension de retraite
- coupable d’iniquité entre les hommes et les femmes et les travailleurs ayant commencé leur métier tôt
- coupable de déstabilisation le l’équilibre financier de la retraite par répartition et de le faire courir à la faillite alors qu’il a été démontré qu’il était parfaitement viable
- coupable de favoriser la spéculation boursière
- et coupable de flou artistique

Le verdict a été sans appel : l’accusée Retraite à Point a été condamnée au retrait pur et simple et à être déchirée en plateau public, ce qui a été fait dans les minutes qui ont suivies avec les Hourras de l’assemblée, soulagée de cette décision raisonnable.

Puis, l’assemblée s’est déplacée en direction du Monument national à la Résistance devant lequel, à environ 300m, les citoyens ont voulu crier leur NON à leurs députés qui débattront du projet dès demain à Paris ; une façon pour les Rhône alpins de s’inviter à l’Assemblée nationale après cet assaut des cimes.

Un nom dessiné de leur corps disposé en lettre N. O. N. s’est mis en place avec une spontanéité préparée et ce moment de fraternité a été l’occasion d’entonner le chant des partisans, la chanson de Macron, Bella Ciao et la chanson « On lâche rien » du groupe Hk et les Saltimbanques. Des banderoles ont fleuri sur les pistes de ski de fond, en tout respect des praticiens de ce sport, qui se sont arrêtés pour les regarder avec attention. Une belle journée sur le plateau où chacun a pu s’exprimer."

Sur France 3 :

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU Haute-Savoie 10, rue Guillaume-Fichet 74000 ANNECY ; Tél-Fax : 04-50-45-22-43 ; snu74@snuipp.fr